Vierge noire

À la Délivrande, la présence d’un sanctuaire gallo-romain consacré au culte de la Déesse-Mère est pratiquement avérée. Ce culte avait été amené en Gaule par les légionnaires romains, pour la plupart originaires d’Afrique. Ceux-ci avaient adopté, et en quelque sorte latinisé, une déesse étrangère comme eux, et originaire de la Haute Egypte, tout près du Soudan. Il est évident que les visages ont été peints de couleur brune, mais il est difficile de préciser à quelle époque. Il faut aussi noter l’expression du visage de la Madone, assez allongé, avec les sourcils très réguliers et bien marqués, qui évoque certains visages égyptiens tels qu’on peut les voir sur les portraits du Fayoum.

Vers le VIIe siècle, un des premiers évêques de Bayeux installe là un culte chrétien dédié à la Vierge Marie. Au IXe siècle, la statue et le pèlerinage disparaissent au moment des invasions normandes. C’est par le truchement d’un des moutons du Seigneur Baudoin de la Baronnie que la statue est retrouvée au début du XIe siècle : Un de ses moutons par plusieurs fois se retirait du troupeau et courrait, frappait et fouillait la terre. Il ne prenait aucune nourriture et était néanmoins le plus gras de la bergerie. Le Seigneur Baudoin commanda de parachever la fosse que le mouton avait commencée et y trouva l’image de Notre Dame.

En 1562, les guerres de religion provoquent la destruction de la statue ; en 1580 elle est remplacée par la statue actuelle.

D’éminentes personnes, tels Louis XI, Jean Eudes, Thérèse de l’Enfant Jésus sont venus en ce lieu y rencontrer Marie. Une belle tradition s’y révèle lorsque l’on découvre les parures qui habillent cette statue de la Vierge noire. En 1785, la reine Marie-Antoinette qui venait de donner naissance à un fils, le futur Louis XVII rendait grâces à Notre-Dame de la Délivrande en lui offrant une robe brochée d’or.

Au moment de la Révolution, le séminaire disparaît, la chapelle est fermée et la statue doit être mise à l’abri à Caen, à la préfecture en 1796. Elle est rapportée de Caen le 13 août 1802.

En 1832 elle protège la ville de Douvres alors victime du choléra et qui compte 70 morts sur une population de 800 personnes. C’est à ce moment-là que fut décidée une procession et le tour de la ville avec la statue et que la ville a pris le nom de Délivrande.

La chapelle était devenue trop petite pour les pèlerins. Une basilique est construite et, le 22 août 1872, la statue de Notre-Dame de la Délivrande est solennellement couronnée par un légat du pape. Depuis, chaque année, la messe et la procession rappellent cet événement.

Depuis le XVIIe siècle, la statue est parée de différents vêtements qui sont offerts par des fidèles en remerciement de leurs prières. Le manteau de la Vierge est un manteau de protection dans lequel elle accueille tous les petits, les pauvres et les malades qui peuvent venir s’y réfugier. La statue possède 36 manteaux dont un des qui a été réalisé par les ateliers de Nina Ricci. La plus ancienne est celle de drap d’or, rebrodé de fils d’or, à décor de lys et de roses, réalisée par la maison Poussielgue de Paris pour le couronnement en 1872.

At the Deliverery, the presence of a Gallo-Roman shrine dedicated to the worship of the Mother Goddess is practically proven. This cult had been brought to Gaul by the Roman legionaries, most of them from Africa. They had adopted, and somehow Latinized, a foreign goddess like them, and originated in Upper Egypt, very close to Sudan. It is obvious that the faces were painted brown, but it is difficult to specify at what time. It is also worth noting the expression of the face of the Madonna, quite elongated, with very regular and well marked eyebrows, which evokes some Egyptian faces as seen in the portraits of Fayoum. Around the 7th century, one of the first bishops of Bayeux installed a Christian cult dedicated to the Virgin Mary. In the 9th century, the statue and pilgrimage disappeared at the time of the Norman invasions. It was through one of the sheep of Lord Baudoin of the Barony that the statue was found at the beginning of the 11th century: one of his sheep several times withdrew from the herd and ran, struck and searched the earth. He took no food and was nevertheless the fattest of the sheepfold. Lord Baudoin ordered the finalization of the pit that the sheep had begun and found the image of Our Lady. In 1562, the wars of religion caused the destruction of the statue; 1580 it is replaced by the current statue. Eminent people such as Louis XI, John Eudes, Therese of the Child Jesus came to this place to meet Mary. A beautiful tradition is revealed when one discovers the adornments that adorn this statue of the Black Virgin. In 1785, Queen Marie Antoinette who had just given birth to a son, the future Louis XVII gave thanks to Our Lady of the Delvrande by offering her a gold paper dress. At the time of the Revolution, the seminary disappeared, the chapel was closed and the statue was to be sheltered in Caen, in the prefecture in 1796. It was reported from Caen on August 13, 1802. In 1832 it protected the city of Dover, which was the victim of cholera and had 70 deaths out of a population of 800. It was at this time that a procession and the tour of the city with the statue was decided and the city took the name of Delvrande. The chapel had become too small for pilgrims. A basilica was built and, on August 22, 1872, the statue of Our Lady of the Deliverery was solemnly crowned by a legate of the pope. Since then, every year, the Mass and the procession recall this event. Since the 17th century, the statue has been adorned with various garments that are offered by faithful as a thank you for their prayers. The mantle of the Virgin is a protective cloak in which she welcomes all the little ones, the poor and the sick who can come to take refuge there. The statue has 36 coats including one that was made by Nina Ricci’s workshops. The oldest is that of gold cloth, embroidered with gold threads, decorated with lilies and roses, made by the house Poussielgue de Paris for the coronation in 1872.