Eglise Saint-Etienne-le-Vieux

L’église a probablement été fondée au Xe siècle quand la ville de Caen connait son premier essor notable. Elle est mentionnée pour la première fois dans les chartes octroyées par Guillaume le Conquérant aux deux abbayes caennaises sous le nom de sanctus Stephanus vetus vers 1067. Le qualificatif « le Vieux » permet de la distinguer de l’église abbatiale Saint-Étienne construite à partir du XIe siècle.

Exposée le long des remparts de la ville, elle fut très endommagée pendant la guerre de Cent ans, notamment pendant le siège de 1417. Elle est reconstruite pendant et après l’occupation anglaise. De cette époque, date la tour-lanterne octogonale.

La paroisse faisait partie du doyenné de Caen, dans le diocèse de Bayeux.

Le 1er mars 1780, le parlement de Rouen confirme un arrêt du bailliage de Caen ordonnant le transfert des cimetières urbains en dehors de la ville. En 1784-1785, le cimetière de la paroisse Saint-Étienne est donc transféré vers le cimetière des Quatre-Nations.

Désaffectée en 1793, elle n’est pas rendue au culte en 1802, l’ancienne abbatiale reprenant le rôle d’église paroissiale. Peu entretenue, l’église menace bientôt ruine. Classée en 1840, elle est fermée au public en 1844 du fait de son délabrement. Menacée de démolition, elle est sauvée in extremis grâce à l’action d’Arcisse de Caumont et d’Antoine Charma. La société des antiquaires de Normandie envisage d’utiliser l’église pour y installer ses collections, mais le musée des antiquaires de Normandie est finalement aménagé dans l’ancien collège du Mont situé à proximité. La ville y entrepose des fragments architecturaux jusqu’à leur dépôt dans le musée en 1926.

En 1944, elle est atteinte par un obus visant une colonne de chars allemands qui stationnait à proximité. La nef est en grande partie détruite. Depuis cette date, l’église n’a pas fait l’objet de travaux de restauration. Son état de conservation ne permet donc pas son ouverture au public.

The church was probably founded in the 10th century when the city of Caen experienced its first notable boom. It is mentioned for the first time in the charters granted by William the Conqueror to the two Caenese abbeys under the name of sanctus Stephanus vetus around 1067. The term « Old Man » distinguishes it from the St. Stephen’s Abbey Church built from the 11th century. Exhibited along the city walls, it was badly damaged during the Hundred Years’ War, especially during the siege of 1417. It was rebuilt during and after the English occupation. From this period, the octagonal tower-lanterne dates. The parish was part of the dean of Caen, in the diocese of Bayeux. On March 1, 1780, the Rouen parliament confirmed a halt to the caen bailitting ordering the transfer of urban cemeteries outside the city. In 1784-1785, the cemetery of Saint-Étienne Parish was transferred to the four-nation cemetery. Disused in 1793, it was not returned to worship in 1802, the former abbey taking over the role of parish church. Little maintained, the church soon threatens ruin. Classified in 1840, it was closed to the public in 1844 due to its dilapidation. Threatened with demolition, it is saved in extremis thanks to the action of Arcisse de Caumont and Antoine Charma. The Normandy Antiques Society plans to use the church to install its collections, but the Normandy Antiques Museum was eventually built in the former college of The Mount nearby. The city stored architectural fragments there until they were deposited in the museum in 1926. In 1944, it was hit by a shell aimed at a column of German tanks that was stationed nearby. The nave is largely destroyed. Since then, the church has not undergone restoration work. Its state of preservation therefore does not allow it to be open to the public.